Urban Decay ravive la flamme avec la Naked Heat

Hello !

On se retrouve aujourd’hui pour le premier billet beauté depuis la refonte du blog. Et pour ce retour j’ai choisi de vous parler d’une pépite sur laquelle je louchais depuis un moment (vous l’aviez quand même vu dans deux de mes wishlists !) : la Naked Heat.
Après avoir résisté (me remémorant le grand nombre de palettes que j’avais déjà à la maison à chaque fois que je passais devant), cette petite “nouveauté” Urban Decay faisait finalement parti des paquets glissés sous le sapin.
Comme d’habitude, j’ai également pris sur moi de l’utiliser, le temps d’avoir enfin LA bonne lumière et de pouvoir vous proposer de belles photos… Une palette comme celle-ci, il s’agit de lui faire justice ! Les blogueuses beauté ne seront que trop au fait de ce phénomène. Et autant vous dire que c’est une torture que de ne pas y mettre les doigts, les pinceaux ou que sais-je, le temps de voir arriver un rayon de soleil en plein début d’hiver xD

Bref… On passe aux choses sérieuses ? 😉

Le packaging

Urban Decay ravive la flamme avec la Naked Heat

Je pense qu’au premier coup d’oeil nous sommes toutes unanimes à ce sujet : cette nouvelle Naked “Heat” (traduisez “chaleur”, “feu”) est une beauté.
Comme elle est looiiin la toute première palette de la gamme Naked !
La marque continue ici sur ce nouveau packaging lancé avec la Naked Smoky il y a quelques années (j’avais fait une revue sur elle aussi à l’époque, et tu peux la retrouver ICI), et nous offre un packaging plastique donnant l’illusion du verre / plexiglass aux reflets imitant le flamboiement d’un incendie. Un fini définitivement “luxe” qui fait déjà largement relativiser le prix de la palette (49,95€ ouhloulou).
Gros jeu de graphisme et de conception jusque dans le packaging carton d’ailleurs puisque cette petite “Heat” nous est offerte dans un carton fonctionnant sur le même principe que la boite d’allumettes. Un détail habillement exploité jusque dans le graphisme comme vous pourrez d’ailleurs le constater ci-dessus.
Très franchement, je suis séduite !

Urban Decay ravive la flamme avec la Naked Heat

Pour le reste, rien de neuf sous le soleil : la palette fait la même taille que d’habitude, fonctionne sur la même fermeture aimantée que d’habitude, et offre le même miroir qu’habituellement, recouvrant intégralement le clapet supérieur du packaging.
Bref, Urban Decay à bien compris que ce packaging fonctionnait plutôt très bien auprès de ses utilisatrices !

Urban Decay ravive la flamme avec la Naked Heat

Comme d’accoutumée, on retrouve également l’incontournable pinceau inclu avec la palette. Et là encore MERCI Urban Decay, vous ferez le bonheur des collectionneuses compulsives de pinceaux (Moi ? … Noonnn… Hum) ou de celles qui n’en ont pas ou peu.
De façon générale, si les pinceaux Naked changent de forme à chaque nouvelle édition afin d’optimiser l’application et le travail des fards de chaque palette, ils n’en demeurent pas moins de très bonne qualité. Et celui-ci ne déroge pas à la règle et j’irais jusqu’à dire que, de tous les pinceaux fournis avec les palettes Naked, celui-ci est sûrement mon préféré puisqu’il est parfait pour travailler n’importe quel type de maquillage, du makeup “de jour” au smoky le plus appuyé.

Les fards

Urban Decay ravive la flamme avec la Naked Heat

Alors j’annonce : j’ai élevé les fards de cette palette au rang de 8ème merveille du monde. Alors oui, toujours plus, mais regardez. REGARDEZ ! Que c’est beau !
La déclinaison est parfaite et je pense pouvoir dire qu’il s’agit là de la plus belle réussite d’Urban Decay. En tous points. Non seulement les fards sont canons et combleront les yeux vert et/ou bleu (entre autre), mais la qualité est complètement au rendez-vous !
Les fards sont hyper pigmentés et c’est un plaisir que de les travailler.
Et moi qui suis une grande fan des finis mates : OUH LE BONHEUR, cette petite merveille est composée en majorité de ça ! Il est d’ailleurs assez fréquent que je me serve exclusivement de ces fards à vrai dire. Pour un makeup de jour je trouve qu’ils viennent réchauffer et habiller le regard de façon subtile et pas nécessairement tape à l’oeil selon la façon de les travailler.
On peut également compter sur quelques pépites au fini métallisé / pailleté pour venir donner encore plus de punch, et là… LÀ. OH. MON. DIEU. Vous voilà avec un makeup complètement indécent ! Et on adore ça !

Urban Decay ravive la flamme avec la Naked Heat

De façon générale, j’ai le sentiment que les fards font beaucoup moins de chutes que sur les anciennes éditions et surtout, je constate que les fards métallisés / pailletés sont beaucoup, BEAUCOUP, plus crémeux et agréables à utiliser !
Le petit conseil : allez-y doucement. VRAIMENT. Personnellement j’ai trempé mon pinceau dedans avec l’enthousiasme d’une personne qui plonge dans le bonheur et… ben c’est comme ça que j’ai constaté que la pigmentation était présente.
Point trop n’en faut donc si tu ne veux pas rapidement être démarchée par les cirques de ta région !
J’aurais d’autant plus tendance à crier “Prudence !” à toutes celles qui se lancent dans la makeup. Cette palette à beau être une merveille, il est peut-être un peu ambitieux que de vouloir commencer avec elle au vue de sa pigmentation importante. Elle ne sera donc pas des plus simple à dompter pour les néophytes.

Les swatches

Urban Decay ravive la flamme avec la Naked Heat

Dans l’ordre de la palette, de gauche à droite : Ounce, Chaser, Sauced, Low Blow, Lumbre, He Devil, Dirty Talk, Scorched, Cayenne, En Fuego, Ashes, Ember.

Dans la pratique

Urban Decay ravive la flamme avec la Naked Heat

Pour ce makeup, j’ai choisi d’utiliser une sacrée palette de fard disponibles sur la Naked Heat.
J’ai commencé par venir redéfinir mon creux de paupière avec un mélange des fards Chaser et Sauced. J’ai ensuite appliqué Scorched sur ma paupière mobile, puis j’ai fondu le tout avec le fard Low Blow.
En coin externe et interne de ma paupière, je suis venue déposer un mélange des fards Cayenne et En Fuego et suis venue appuyer ensuite sur l’extérieur de ma paupière avec le CANON Ashes.
Avec un pinceau humide, je suis ensuite venue déposer le fard Lumbre sur le bombé de ma paupière mobile.

Urban Decay ravive la flamme avec la Naked Heat

Du côté du ras de cils inférieur, j’ai commencé avec une base d’un mélange de Sauced et de Low Bow, auxquels j’ai ajouté un peu de He Devil. Je suis venue par la suite accentuer tout ça en travaillant successivement Cayenne, En Fuego et Ashes, dégradant – vers l’extérieur de mon oeil – du plus clair au plus foncé.
Pour illuminer un peu plus le tout, j’ai déposé une touche du fard Ounce en coin externe de mon oeil.
Un trait de liner, un coup de mascara, et voilà pour mon look “Heat” 😉

Bref…

Urban Decay ravive la flamme avec la Naked Heat

Cela fait plaisir de voir Urban Decay revenir avec un produit qui a de véritables allures de nouveauté. Et vous l’aurez compris, je suis complètement séduite par cette nouvelle Naked Heat ! De l’éventail de tonalités chaudes exploitées, à la qualité folle des fards, c’est pour moi un succès et je ne pourrais que vous encourager à foncer si vous faites encore parti des incorruptibles qui sont parvenues à résister à l’appel de cette beauté !

Et vous, que pensez-vous de cette nouvelle palette Naked ?
Elle vous tente ? Ou faites-vous parti de celles qui on déjà craqué ? 

SHOP THE POST

Suivre:
Partager:

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *