Red Line

Hello !

Il y a quelque semaines, je shootais ce look dans l’idée de vous présenter un contenu tout à fait standard, un billet mode sans arrière propos. Cela pourrait sembler tiré par les cheveux aux vues de ce par quoi il a été motivé… Et pourtant.
Ce look tout à fait casual, mêlé à certaines de mes divagations (les fameuses), m’ont inspiré un sujet que j’ai souvent évoqué en story sur Instagram notamment, mais sur lequel je ne me suis jamais attardée par ici. Sûrement parce qu’il est très bête mais propice à bon nombre de critiques en fait !
Le détail rouge et graphique revient en force depuis la saison dernière, et on le retrouve décliné de tout un tas de façons encore pour les saisons à venir… Et je n’ai pas pu m’empêcher de l’adopter moi aussi !
J’ai nommé ce billet “Red line” de façon tout à fait innocente au départ, simplement motivée par le motif de ce legging Zara que j’aime tant porter lorsque je souhaite rester complètement comfy, sans pour autant être en pyjama tout moche xD
Mais à la réflexion il était presque inévitable que ce titre ne m’évoque une ligne rouge bien réelle cette fois-ci : celle qui me sépare de mon lectorat ou de mes abonnés sur les réseaux sociaux, et plus particulièrement sur Instagram.

Le but ici n’est en rien de me plaindre. Cela dit, depuis quelques mois force est de constater que mes publications sont un peu plus suivies, que nous sommes de plus en plus nombreux. Et mon investissement sur le blog ou sur Instagram n’a jamais été tel qu’il est aujourd’hui. Je prend un plaisir – et un temps – fou à créer du contenu et à le poster. C’est un processus créatif avec lequel je suis totalement en phase et j’ai aujourd’hui la chance d’avoir les soutiens nécessaires pour garder une ligne éditoriale qui me plait, qui me correspond, et je vous assure que ça n’a rien de négligeable.

Le partage, l’échange, font partie du package de la blogueuse, de l’instagrameuse ou de l’influenceuse. Ou tout du moins, ce sont deux piliers qui me semblent indispensables. Aussi j’investi énormément de temps là dedans également. Poster une photo ou un article implique aussi répondre aux commentaires et aux messages privés. Et c’est une partie à laquelle je tiens, puisque c’est à ce moment là que la fameuse “barrière de l’écran” devient la plus mince. Vos commentaires sont tellement encourageants pour la plupart, ils méritent tellement qu’on y prête attention. Il en va de même pour vos mots doux. Je répond de façon générale à tous mes messages sociaux. Depuis mes débuts j’ai ainsi pu entretenir un lien plutôt génial avec vous, et combien de fois j’ai ris ou j’ai été touchée par vos petits mots.
À force d’échanges, certain(e)s d’entre vous sont même devenu(e)s ce qui pourrait se rapprocher du terme “ami(e)s”. Complètement même.
Alors que j’en parlais il y a quelques années à quelqu’un d’assez proche et que les mots “une copine blogueuse” sortaient de ma bouche, ce rapport a toutefois été remis en cause. Des propos assez durs et bornés m’ont été accenés avec pour argument phare : “ton blog ce n’est pas la vraie vie, tu ne connais pas ces personnes, elles ne sont rien pour toi, tu ne peux pas les appeler amies et tu n’a pas à te confier comme tu le fais à l’écrit”.
Le propos en lui même était tourné de façon extrêmement conne et plutôt blessante… Mais évidemment il m’a fait réfléchir, énormément même. Et j’ai modulé ma façon de faire. Pas ma façon d’écrire, elle ne bougera sûrement jamais d’un iota et si je ressens le besoin ou l’envie d’écrire, je le ferais. La mesure et la publication – ou non – dépendront juste du propos à vrai dire. Mais disons que j’ai cloisonné différemment.

Au fil des années, des mois, ce cloisonnage est devenu de plus en plus nécessaire, et ce sur des tas d’aspects. Je n’ai jamais voulu faire subir le blogging à mes proches par exemple… Et je pense que la majorité – aujourd’hui – pourrons vous dire que je ne les ai jamais embêtés avec ça alors même que j’ai le sentiment contraire xD
Ce soucis de ne pas embêter en parlant du blog a fait naître un sérieux soucis identitaire tout de même je dois vous avouer puisque lorsque vous rencontrez des gens, sortir un “je suis blogueuse” implique inévitablement une réaction, un jugement comme j’en ai déjà tellement entendu… Et à contrario il est si facile de rencontrer des gens avec cette étiquette de “blogueuse” déjà installée avant même de ne connaitre Ségolène, gamine de 23 piges encore étudiante.

Et la “red line” qui me vaut tout ce propos à présent : Nous (oui, avec une majuscule).
Je ne me suis que trop exprimée sur le sujet sur Instagram, mais toujours à la volée cela dit, et pour un laps de temps réduit… les paroles sont éphémères, elles s’évaporent, les écrits restent, pour reprendre partiellement les mots d’un grand homme.
J’entretiens, je pense, avec vous un rapport privilégié. Même si cela se fait rapidement, je répond à chaque message ou je donne au moins un signe de lecture afin que vous sachiez que je suis là, que je n’oublie ou ne néglige personne. Certaines abonnées sont devenues des copines. Oui. DES COPINES (le prochain qui me dit “ah gnagnaga pas du tout”, je l’envoie cordialement se faire foutre).

Mais il reste difficile de faire comprendre que bien qu’elle soit mince, la frontière est belle est bien présente et que J’Y TIENS. Et ne pas “respecter” cette décision, revient aussi à ne pas respecter un choix que je n’ai clairement pas fait que pour moi, mais aussi pour garder à l’écart les personnes qui constituent mon entourage. Bref, ma vie privée.
Cela fait bien longtemps que j’ai compris que m’impliquer MOI était une chose, mais j’ai un peu ce sale comportement de maman louve pour le reste et j’implique au minimum les personnes qui me sont proches. Les seules que vous aurez le loisir de voir mentionnées ici – ne serait-ce que pour des crédits photos qu’ils méritent amplement pour le travail qu’ils m’aident à accomplir – auront d’ailleurs fait l’objet de pas mal de discussions préalables je peux vous l’assurer.
Et le fait est que ma vie personnelle est constamment affectée par ma casquette de blogueuse (vous pensez que mes soirées je les passe à quoi ?) et que parfois, la limite que j’essaie de mettre est empiété par des propos – parfois tout à fait innocents je vous l’accorde – mais qui ne regardent personne d’autre que moi. Alors, la plupart du temps, je m’en amuse, oui, et je vous en donne d’ailleurs la primeur en InstaStory… Mais d’autres fois j’ai ce sentiment d’un irrespect complet. Notamment de la part de la gent masculine. Pas question de fausse modestie, j’expose un fait qui devient franchement casse coui**** gênant.

Et LÀ, je met une Red Line absolument nette.

Encore une fois, certains propos sont tout à fait honorables. Certains ont même la décence de préciser qu’ils ne pensent pas à “mal”, et c’est tout à leur honneur.
Mais je met toujours un rapport de distance, hésitant à répondre le plus souvent au vu de cette attitude que beaucoup ont pris de confondre Instagram et Tinder.
Et le pire vient de ce sentiment de “risquer de passer pour” une énorme connasse lorsque je ne répond pas à un compliment ou autre. Sûrement pensez-vous que je n’ai aucun remord à ne pas prêter attention à certains messages. Mais rendez-vous compte du complexe que c’est que de préférer se taire de peur que l’intention derrière soit complètement intéressée…
Certaines personnes sont très cash quant à leurs intentions (ça forcerai presque à l’admiration xD), d’autres tentent plus de les déguiser. Et bien que je ne sois jamais bien sure, sachez que certaines choses je les voit venir à 10 000 km parce que trop habituée. Je peux vous dire que j’ai développé une sacrée capacité à la méfiance. Le risque que j’encours étant au final de peut-être trop le devenir, méfiante.
Mais la vérité destinée à ces personnes est la suivante (désolée pour l’aspect abrupt du propos) : je n’en ai strictement rien à faire de vos attentions déguisées et de vos tentatives de “rapprochement”. Ça ne me fait absolument ni chaud ni froid, et ne fait, à vrai dire, que me donner une vision que je méprise de la personne qui s’y risque.

Très sincèrement, je rêve d’un monde où les gens comprendrons que mon compte Instagram est principalement un “outil de travail” et que c’est n’est pas un endroit propice à la drague ou autre.
C’est un endroit où la frontière est mince, certes, un endroit dans lequel j’ai déjà amené des parcelles de “vie personnelle”. Et c’est clairement une erreur que je ne suis pas prête à refaire, préférant largement faire des éléments privés mes petits endroits privilégiés, des endroits de refuge, des endroits non-parasités.
Aussi, si je ne répond pas à certaines questions, ce n’est pas pour rien. Si je ne répond pas à certaines personnes, ce n’est pas pour rien non plus.
Certains y verront inévitablement du mépris. Mais prenez ça en réalité pour la pudeur de quelqu’un qui n’a été que trop habituée aux dérives de certaines personnes.
Il me semble important de faire la part des choses, de prendre la mesure des choses et comprendre ce que reflète un compte social.
Mon Instagram est à mon image mais il reste “professionnel”. J’y développe ma communication, mon réseau, mais je n’y cherche clairement pas un mari ou un amant et il serait grand temps de comprendre que je n’y montre que ce que je souhaite y montrer et que je ne m’y exprime que ce sur quoi je souhaite m’exprimer.

La frontière est mince mais je tiens à la garder. Je ne vous remercierai jamais assez d’être à mes cotés au quotidien. J’aime échanger et partager avec vous. Vous m’apportez tellement !
Sachez que je suis MOI sur mes réseaux, sur le blog, mais je fait la part des choses, je protège ce qui m’est précieux, et – bien que les principaux “éléments” visés ne prendrons probablement jamais la peine de lire, ou dans la situation la plus optimiste, de réfléchir à ce billet – j’aimerais qu’enfin ce soit compris.
C’est une “red line” et les limites sont désormais non négociables.

N’hésitez pas à réagir en commentaires sous ce billet… Que pensez-vous de ce phénomène ? L’avez-vous déjà rencontré ? Y avez-vous trouvé des solutions ? 
Copines blogueuses notamment, je pense que vous vous reconnaitrez puisque je sais ne pas être la seule à être confrontée à certaines dérives des réseaux sociaux ♥

Comme d’habitude également, j’attend vos avis sur le look illustrant cet articles 😉 

SHOP MA TENUE

Crédits photos :
Jimmy alias Let’s Make a Review

Suivre:

6 Commentaires

  1. Coraly_rt
    7 février 2018 / 3:27

    Ton article est touchant et comme toujours plein de bon sens ! Merci de mettre au grand jour ce grand ras-le-bol que beaucoup d’entre nous supportent. J’ai poussé un peu la porte dans mon dernier post mais ton article révèle clairement ma vision sur le sujet ! Merci pour ces quelques lignes qui me permettent de me sentir un peu plus comprise et inversement !
    Une « copine » insta qui admire beaucoup ton travail et ton univers

    • 7 février 2018 / 3:37

      Merci beaucoup ma belle !
      J’ai tellement hésité à le publier ce billet, parce que de suite, lorsque tu te permets de t’exprimer avec franchise sur un sujet comme celui-ci, c’est que tu ne te sens plus pisser et que tu dois juste fermer ta gueule et arrêter de te plaindre d’un statut que tu as choisi… Mais en fait en quoi on choisi de supporter les gros lourdauds dès lors qu’on met sa tronche sur Instagram ? En quoi on choisi de recevoir des questions ou remarques hyper intrusives ? xD
      Je trouve ça parfois assez fou que les gens sachent si peu faire la part des choses et se sentent obligés de tout commenter et tout se permettre de nos jours, sûrement parce qu’ils n’ont plus assez de leur propre vie pour se sentir entiers… :/

      Breeeeef, je suis contente d’avoir pu porter ta parole aussi dans mes propos !

      T’es un coeur de copine Insta, sache le ! <3

  2. 7 février 2018 / 5:18

    Bien que très simple, je suis fan de ta tenue 🙂
    Je n’ai jamais rencontré ce genre de problème, ayant peu de visibilité mais j’imagine ce que cela doit faire. Les réseaux sociaux sont là pour partager des choses et pour nous qui sommes blogueurs de promouvoir notre travail. Ce n’est clairement pas le lieu pour draguer… bref, j’ai pris un grand plaisir à te lire, ce genre de billet mode/humeurs me plaît beaucoup !
    Bisous ♡

    • 7 février 2018 / 5:42

      Merci beaucoup ma belle, je suis ravie qu’elle te plaise 😉
      Très franchement je n’ai pas la prétention de dire que j’ai plus de visibilité qu’une autre, et je sais parfaitement que je suis loin derrière certaines et donc que ce que je reçois est en proportion bien moindre… Et j’en suis bien contente à vrai dire quand j’y pense xD
      Et je suis tellement heureuse que ce genre de billet te plaise ! Moi-même ce sont ceux que je préfère rédiger, ils travaillent ma créativité, me font réfléchir, et me font en apprendre tellement plus sur moi-même au final!

      Pleins de bisous ma belle <3

  3. Jesuisunemademoiselle
    8 février 2018 / 2:33

    Un article plein de sens, qui parle – je présume – à beaucoup de femmes. Sans ramener les choses à Instagram seul, il est vrai que sur les réseaux certains se croient au marché place des lices. Personnellement, j’ai fais le choix de répondre à tout le monde sauf quand ça franchit ma red line personnelle (drague, irrespect…)
    J’admire toutes ces femmes/hommes qui prennent de leur temps personnel pour nous divertir, nous lecteurs et le temps qu’ils y consacrent quand contenu il y a. Car oui l’etiquette blogueur est facile mais tout le monde n’y brille pas.
    Sur ce, encore un article dévoré.
    Bisou ma belle.

    • 8 février 2018 / 3:42

      Merci beaucoup ma belle point ce commentaire très éclairé !
      Et je disais moi-même dans bon nombre d’insta-story effectivement, les types qui font leur marché c’est stoooop quoi xD
      Je pars également du principe que je répond à tout le monde, mais je suis tombée sur tellement de debiles que très honnêtement je préfèrerai presque ne plus répondre à certaines personnes (les mecs de façon générale) pour m’éviter des prises de tête après… Pas le time pour ça ahaha. Après ce ne serait pas cool pour ceux qui vraiment te suivent sans intentions cachées —´
      Effectivement c’est un sacré équilibre à trouver et j’admire les nanas à la tête de grosses communautés !

      Je suis ravie que ce billet t’ait parlé 😉
      Des bisous <3

Laisser un commentaire